Livraison offerte dès 39 euros - Paiement sécurisé CB et Paypal - Colis expédié le jour même si commande avant 12h
Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
Plus que 39,00 € pour profiter des frais de port offerts
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  Livraison gratuite !
Total
Continuer mes achats Commander

La spiruline : un puissant tonifiant pour nos défenses naturelles !

Publié le 06/11/2019

Comment fonctionne notre système immunitaire ?

Mieux comprendre le fonctionnement de notre système immunitaire va nous permettre tout d’abord de mieux mesurer l’impact de la spiruline sur celui-ci.

L'immunité est une fonction physiologique permettant aux êtres vivants de développer des mécanismes de défense. Le système immunitaire constitue pour cela un ensemble complexe et coordonné d’organes, de cellules et de molécules capables de reconnaître et tolérer le "soi", tout en reconnaissant et rejetant le "non soi" : substances étrangères, agents infectieux (bactéries, virus, champignons, parasites) auxquels il est confronté.

Le système immunitaire comprend :

- les organes lymphoïdes centraux (thymus et moelle osseuse) et périphériques (rate, ganglions lymphatiques, tissu lymphoïde) ;

- les cellules de l’immunité ou globules blancs (leucocytes) : les lymphocytes T très majoritaires dans la circulation, les lymphocytes B, mais aussi des cellules naturellement tueuses (cellules T cytotoxiques ou Natural Killers) et les cellules présentatrices d’antigènes (monocytes, macrophages, cellules dendritiques...) ;

- les molécules ou messagers du système immunitaire : anticorps ou immunoglobulines, cytokines (interleukines, interférons, facteurs de croissance hématopoïétiques, facteurs de croissance tumorale …) et molécules d’adhésion (sélectines, intégrines).

La réponse immunitaire comporte plusieurs phases : la reconnaissance et la présentation de l'antigène, ainsi que la stimulation, la multiplication et la différenciation des deux types de lymphocytes T et B. Tandis que les lymphocytes T se différencient en plusieurs lignées de cellules T susceptibles de sécréter plusieurs cytokines, les lymphocytes B produisent quant à eux des protéines ou anticorps qui vont se lier aux protéines ou antigènes que l’on retrouve à la surface des microorganismes, en vue de leur neutralisation puis destruction.

Les dérèglements du système immunitaire sont à l'origine de diverses manifestations pathologiques : états d'hypersensibilité ou allergies, maladies auto-immunes ou déficits immunitaires responsables d'infections ou de cancers.

Toutes les études réalisées à ce jour sur les animaux ainsi que les constats émanant de consommateurs réguliers de spiruline vont dans le même sens :

la spiruline agit comme immunomodulateur et puissant tonifiant du système immunitaire.

Ces résultats n’ont rien d’étonnant connaissant sa composition qualitative et quantitative en micro-nutriments. Certaines vitamines du groupe B, des oligoéléments comme le fer, les molécules antioxydantes (β carotène, vitamine E, zinc, sélénium) et l’acide g linolénique qui entrent dans sa composition ont déjà prouvé individuellement leurs effets stimulants sur le système immunitaire. Il est alors logique que l’association de ces molécules soit synergique. Mais, le plus intéressant réside dans un réel effet "dopant" du système immunitaire qui reposerait sur la présence de molécules complexes, polysaccharides et polypeptides, dont les effets immunostimulants sont étudiés depuis une trentaine d’années.

 

La Spiruline permet une modulation de la sécrétion des cytokines, des preuves expérimentales et scientifiques à l’appui :

 

- In vitro, un extrait aqueux de spiruline a montré qu'il pouvait moduler la sécrétion de cytokines (interleukines IL-1, IL-4 et interféron gamma) des cellules mononucléaires du sang périphérique (monocytes et lymphocytes).

 

- Au cours d'un essai randomisé en double aveugle, la supplémentation de 2 g/jour pendant 12 semaines de spiruline a permis de réduire de 32 % la sécrétion d'IL-4 chez des patients atteints de rhinite allergique (l’interleukine 4 ou IL4 est une cytokine sécrétée par les lymphocytes T au cours des réactions allergiques).

 

- In vivo, l 'administration à des patients d'extrait aqueux de spiruline pendant 12 semaines a favorisé la sécrétion d'interféron gamma (IFN g) par les cellules tueuses (NK). Les lymphocytes NK constituant la 1ère ligne de défense de l’organisme, voit leur activité cytolytique augmentée afin de tuer sélectivement les cellules tumorales ou infectées par des microbes.

 

Il est aujourd'hui admis que les micro-organismes pathogènes (bactéries, virus ou parasites) sont reconnus par les récepteurs des cellules immunitaires par l'intermédiaire de leur partie lipidique composé d'acides gras. Hors l'étude de la composition de la spiruline a mis en évidence la présence de nombreux glycolipides : acide palmitique, acide linoléique et linolénique ; il est donc tout à fait concevable que la spiruline interagisse avec les cellules de l'immunité grâce à cette composition spécifique.

 

La Spiruline agit aussi par modulation de la multiplication des cellules immunitaires.

Les organes lymphoïdes primaires comme le thymus (lymphocytes T) et la moelle osseuse (lymphocytes B) sont le siège de la production des lymphocytes. A maturité, ces acteurs de l'immunité migrent dans les organes et tissus lymphoïdes secondaires (rate, ganglions lymphatiques) siège de la réponse spécifique à l'antigène.

La spiruline et ses composants tels que la phycocyanine affecteraient les fonctions immunitaires en stimulant la prolifération ou la différenciation des cellules immunitaires dans les organes lymphoïdes. Cette hypothèse a été vérifiée sur des cellules souches hématopoïétiques de moelle osseuse de souris. Lors de leur mise en culture, la prolifération cellulaire a pu être favorisée grâce à un traitement par un extrait aqueux de spiruline mais aussi par un extrait à base de phycocyanine.

La spiruline agirait directement et indirectement sur la prolifération et la différenciation des cellules souches multipotentes de la moelle osseuse.

Des résultats similaires ont été trouvés in vivo où l'ingestion par des souris de ces différents extraits à base de spiruline pendant 5 semaines a permis l'augmentation du nombre de polynucléaires neutrophiles (agents cellulaires antibactériens) et lymphocytes T dans le sang périphérique.

 

Les différents résultats expérimentaux constatés confirment les réelles capacités immunomodulatrices de la spiruline 

Son utilisation permettra donc d'améliorer les fonctions immunitaires dans plusieurs cas :

lors des changements de saison (automne/hiver/printemps), la période hivernale, dans des périodes d’affaiblissement immunitaire de l’organisme de nature temporaire, cas des sportifs après un effort soutenu, ou régulier chez les personnes présentant des troubles de l’immunité ou immunodéprimés suite à un traitement, une maladie, etc.

La spiruline : un puissant tonifiant pour nos défenses naturelles !